Pascal Charpentier

Les grands cycles boursiers

Depuis deux ans, les nombreux commentaires dans les journaux financiers à l’effet qu’une correction boursière est sur le point d’arriver m’interrogent, car l’argument principal qui dicte cette conclusion est que la bourse a monté pendant 9 ans et que cela doit être bien assez pour qu’une correction arrive. Comme il y a eu une correction majeure en 2000 et une autre encore plus importante en 2008, cela amène plusieurs investisseurs à tirer la conclusion qu’il serait tout à fait normal qu’il y ait une autre correction car nous sommes plus de 8 ans après la dernière

Comme le mentionne le psychologue Daniel Khaneman, dont j’ai déjà cité les propos dans un texte du 30 janvier dernier, les gens ont tendance à tirer des conclusions sur de courtes séquences ou des analyses sommaires. Dans une de ses expériences faites avec des universitaires, il leur demandait de tirer une dizaine de fois une pièce de monnaie et de compter le nombre de piles et de faces. Il leur demandait ensuite de prédire le résultat que donnerait une série de 1000 lancés. À sa grande stupéfaction, la majorité des étudiants faisaient une règle de 3 et prédisaient un résultat sur 1000 équivalant à ce qu’ils avaient expérimenté avec une série de 10 ou 15 lancés. Si des étudiants universitaires arrivent à de telles conclusions, il est sûrement possible qu’une majorité d’entre nous faisions une mauvaise distinction entre les séquences et les cycles financiers qui opèrent à long terme.

Comme vous pouvez le voir dans le graphique présenté, le mouvement des indices boursiers des 122 dernières années nous donne un éclairage très différent, nous plaçant loin de l’hypothèse selon laquelle nous serions à la fin d’un cycle boursier. Dans ce graphique, la bourse ne fait pas vraiment des cycles de 8 ans mais plutôt des cycles d’environ 16 ans, qui alternent entre une longue période de hausse dans laquelle est atteint un sommet, et une période de correction ou de stagnation, où l’indice est incapable de dépasser le précédent sommet, cycle qui semble durer une période équivalente.

Faisons un récapitulatif historique :

  • de 1873 à 1890 (17 ans): une crise financière majeure en 1873 suivie d’une longue période de stagnation jusqu’au début des années 1890. Les données sont moins précises pour cette période puisque l’indice a été créé seulement en 1896.
  • de 1890 à 1906 (16 ans): reprise financière jusqu’en 1906
  • de 1906 à 1920 (14 ans): stagnation
  • de 1920 à 1929 (9 ans): explosion des cours
  • de 1929 à 1952 (23 ans): crise financière et stagnation
  • de 1952 à 1966 (14 ans): appréciation importante
  • de 1966 à 1982 (16 ans): stagnation des valeurs boursières
  • de 1982 à 1999 (17 ans): appréciation boursière très importante
  • de 1999 à 2013 (14 ans): crises qui nous tiennent sous les seuils de 1999. On a dépassé le sommet de 1999 en 2011 pour le Dow Jones et seulement en 2013 pour le Standard & Poor’s.

En regardant les mouvements boursiers sur une très longue période de temps, nous pouvons jeter un regard différent sur notre position actuelle dans le grand cycle financier. Si la tendance des 122 dernières années se maintient, nous sommes probablement seulement au début d’un cycle haussier enclenché en 2013. Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de corrections dans ce cycle, mais que la tendance actuelle est haussière.

Un autre argument à l’effet que la situation boursière actuelle ne sent pas la fin d’un cycle est qu’elle n’est pas caractérisée par une exubérance généralisée sur l’ensemble des titres. Bien que quelques titres de croissance naviguent dans ces sphères, c’est loin d’être le cas pour l’ensemble des titres. Lorsque l’on voit une multitude de compagnies de qualité se transiger sous la barre des 10 fois les bénéfices, on semble être davantage au début de quelque chose plutôt qu’à la fin d’une période d’euphorie… L’évaluation mathématique de plusieurs titres boursiers est complètement déprimée, et comme les chiffres finissent par revenir avec le temps dans leurs cases respectives, il est à prévoir que beaucoup de titres vont s’apprécier grandement. Et lorsqu’ils vont s’ajuster, ils pourraient contribuer à confirmer le cycle haussier dans lequel nous serions.