Atnaé Lussier

C’est le message tragique laissé par ce jeune homme sur son ordinateur suite à son suicide. Alexander E. Kearns, un étudiant de 20 ans de l’Université du Nebraska, de retour chez ses parents à Naperville Illinois, s’est enlevé la vie de façon inattendue au mois de juin.

Comme plusieurs jeunes milléniaux, pendant la pandémie, Alexander s’est inscrit sur la très populaire plateforme de courtage à faible coût Robinhood. Cette dernière permet aux jeunes investisseurs de faire des transactions sans-frais et donne même des actions gratuites lors de l’ouverture d’un compte. Lors du premier trimestre 2020, la plateforme a enregistré un record de 3 millions de nouveaux abonnements, dont environ la moitié sont des premiers investisseurs. L’aspect controversé de Robinhood réside dans le fait que la compagnie présente l’investissement comme un jeu, avec son application mobile plaisante à utiliser, et permet à n’importe qui de transiger à faible coût des produits financiers spéculatifs et complexes comme les options et produits dérivés.

Alors que la volatilité dans les marchés était à son apogée et que les youtubeurs financiers de ce monde affichaient leurs prouesses de « day trading » sur le web, Alexander a commencé à expérimenter les transactions sur options. Pour les moins familiers, les options sont des contrats d’achat ou de vente d’actions permettant de créer un effet de levier, c’est-à-dire multiplier les résultats de l’investissement, que ce soit des gains ou des pertes.

Dans la note qu’Alexander a laissé avant son décès, on peut le lire disant qu’il n’avait aucune idée de ce qu’il faisait. C’est le 11 juin que le désespoir a envahi le jeune spéculateur quand il a vu apparaître à l’écran un solde négatif de 730 000$ dans son compte.

Description: Image

Source Twitter du cousin de Alexander : https://twitter.com/BillBrewsterSCG/status/1273008513950928896

« Quand il a vu le chiffre 730 000$ dans le négatif, il a pensé que tout son avenir était en train de s’effondrer »* constate son cousin Bill Brewster.

Alors que Robinhood ne veut pas divulguer les détails du compte d’Alexander pour des raisons de vie privée, on peut lire dans sa lettre qu’il avait acheté et vendu des options de vente, « une stratégie qui aurait dû s’annuler »*, dit-il.

Sans entrer dans les détails, c’est une stratégie (appelée « bull put spread ») utilisée lorsque l’on croit que le prix d’une action va augmenter de façon modérée. Les profits et les pertes sont limités. Pour ceux que ça intéresse, voici la stratégie générale imagée.

Description: Bull Put Spread Option Trading Strategies

Dans le cas d’Alexander, sa stratégie l’aurait forcé à prendre possession des actions sous-jacentes, ce qui se serait fait automatiquement. Cependant, lorsqu’on achète des actions, il faut toujours attendre 2 jours avant de les voir déposées dans son compte. Voilà pourquoi Alexander voyait une balance négative dont l’ampleur n’était que temporaire, le temps que la stratégie se contrebalance d’elle-même. Hélas, le jeune homme était laissé à lui-même pour interpréter les chiffres qu’il avait à l’écran.

Le chiffre astronomique de 730 000$ indique tout de même la possibilité d’une perte très importante pour Alexander, mais lorsqu’on sait que chaque option représente 100 actions, l’effet de levier peut rapidement créer des pertes faramineuses. Vous n’avez qu’à faire le calcul avec, par exemple, 3 options sur Amazon.

Le cas d’Alexander soulève plusieurs questions qui restent sans-réponses, la principale étant « Mais comment se fait-il que des investisseurs qui n’ont que des connaissances de base, voire nulles, en placement, puissent avoir accès à des produits et stratégies qui demandent des connaissances d’expert du domaine de la finance? »*

Le cousin d’Alexander s’est adressé directement à Robinhood à ce sujet :

« Vous jouez avec le feu en permettant à des personnes inexpérimentées de jouer sur les instruments financiers les plus risqués qui existent. Il y a toujours la responsabilité personnelle, évidemment. Mais en tant que société, je pense que nous devons à la jeunesse un semblant de surveillance, et il semble que quelqu’un était endormi au volant ici. » * – Bill Brewster

Cette tragédie nous rappelle la limite des plateformes de courtage à rabais qui, sous des apparences économiques, peuvent s’avérer très coûteuses, et ne peuvent remplacer les professionnels du domaine.

* : traduction libre

Sources:

www.forbes.com/sites/sergeiklebnikov/2020/06/17/20-year-old-robinhood-customer-dies-by-suicide-after-seeing-a-730000-negative-balance/#44a8301e1638

www.nytimes.com/2020/06/25/opinion/robinhood-suicide-trading.html

twitter.com/BillBrewsterSCG

Cette information a été préparée par Pascal Charpentier qui est un gestionnaire de portefeuille pour l’Industrielle Alliance Valeurs mobilières inc. Les opinions exprimées dans le présent article sont celles du gestionnaire de portefeuille uniquement et ne reflètent pas nécessairement celles de l’Industrielle Alliance Valeurs mobilières inc. Industrielle Alliance Valeurs mobilières inc. est membre du Fonds canadien de protection des épargnants et de l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières.

Vous avez aimé cet article? Partagez-le!