Atnaé Lussier

Après les métaux refuge et l’énergie, un titre dans le secteur de l’agriculture tel que Nutrien est un incontournable. En effet, faire pousser des aliments est à la base de notre survie, et peu importe le contexte économique, ce domaine demeurera tout simplement essentiel.

L’agriculture : un secteur résilient à l’inflation

Lorsque j’ai fait une recherche pour déterminer quels avaient été les placements les plus efficaces dans la période inflationniste des années 70, j’ai découvert que les meilleurs placements ont été d’abord l’argent, puis l’or et, en troisième place, les commodités agricoles. Le problème, c’est que pour acheter directement les denrées agricoles, il faut aller sur le marché des contrats. Or je trouve cette avenue particulièrement dangereuse en ce moment, puisqu’il y a un risque de contrepartiste important, comme on l’a vu dans le nickel en 2022, avec le fameux défaut sur le contrat à Londres. Quant aux fonds immobiliers agricoles, ils sont structurés avec un gros levier de dettes. Et en ce moment, les hauts taux d’intérêts rendent très vulnérable ce type de structures financières fondées sur un endettement élevé (c’est d’ailleurs une des forces de mes premières recommandations : les métaux précieux n’auront jamais de problème d’insolvabilité!)

Dans ce contexte, je me suis plutôt tourné vers une compagnie canadienne de production d’engrais que je suis depuis plusieurs années : Nutrien.

Parcours récent du prix des engrais

Dès 2021, on a vu le prix de la potasse (intrant clé des engrais contenant de l’azote) croître de façon importante. Cette première hausse a eu lieu suite à la crise de la chaîne d’approvisionnement et aux sanctions imposées à la Biélorussie, 2e producteur mondial après le Canada. Les prix ont ensuite continué de s’emballer de façon spectaculaire au début de 2022 avec le déclenchement de la guerre en Ukraine et les sanctions imposées à la Russie, 3e producteur mondial. Durant cette période, les prix de la potasse ont carrément quadruplé.

Face à cette hausse spectaculaire, beaucoup d’agriculteurs ont temporairement diminué leur utilisation d’engrais ou utilisé des réserves qu’ils avaient et retardé leurs approvisionnements. Puis, d’importantes quantités de potasse ont fini par arriver de la Biélorussie et de la Russie avec beaucoup de retard. La production canadienne, entre temps, avait ajusté sa production à la hausse pour pallier au manque. Résultat : on s’est soudainement retrouvés avec un surplus de potasse, et les prix ont chuté drastiquement en 2023, effaçant totalement la hausse précédente. Quant aux autres engrais (phosphate, azote), ils ont subi le même parcours, mais de façon moins accentuée que pour la potasse.

Prix de la potasse (MOP)

Nutrien

Perspectives pour 2024

Je prévois un nouveau revirement de situation pour les prochains mois. Du côté de l’offre, on constate que la production biélorusse de la potasse, entièrement gérée par l’État, est passée de 12 millions de tonnes de fertilisants à 8 millions de tonnes. Cela est dû aux nombreuses difficultés d’exportation rencontrées (embargo, actifs gelés en même temps que ceux de la Russie, etc). Quant à Nutrien, plus grand producteur mondial, la compagnie a annoncé une réduction de sa production vu la baisse des bénéfices dus aux surplus.

Par ailleurs, la guerre au Moyen-Orient risque également de créer un problème majeur d’approvisionnement. Il faut savoir que 51% de tous les fertilisants de la planète viennent du Moyen-Orient. Israël est d’ailleurs le 4e producteur mondial de potasse.

Du côté de la demande, tous les achats retardés durant la séquence de prix élevés devront tôt ou tard être rattrapés. Cela aura un impact majeur sur les prix dans ce secteur. En résumé, on se retrouve exactement dans la même situation que celui où on était avant la hausse spectaculaire des prix et tous les éléments sont là pour qu’on revive une deuxième fois le même scénario haussier.

Nutrien : l’acteur principal dans le milieu des engrais

La compagnie Nutrien, basée en Saskatchewan, est le plus grand fournisseur mondial d’intrants agricoles : potasse, phosphore, azote. Ces intrants sont essentiels pour maintenir la production agricole industrielle. Voici quelques atouts propres à cette compagnie :

  • Les engrais sont une denrée essentielle, ce qui fait de Nutrien à la fois un titre défensif qu’un titre résilient à l’inflation.
  • Nutrien est le plus grand producteur de potasse au monde. Elle produit également du phosphate et de l’azote. À elle seule, Nutrien produit 20% de tous les engrais utilisés dans le monde.
  • Dans le contexte que l’on vient de nommer, le fait que les opérations soient au Canada est un grand atout.
  • Présentement, la compagnie effectue une consolidation verticale en achetant des compagnies dans le réseau de distribution.
  • L’entreprise se transige actuellement légèrement sous la valeur comptable de ses actifs.

Évolution du prix et des bénéfices

Lorsqu’on regarde les mouvements de l’action de la compagnie, la valeur de l’action a atteint un sommet en même temps que le sommet de la potasse en mars 2022. Depuis ce sommet, l’action a perdu la moitié de sa valeur, en même temps que le prix des engrais.

Nutrien
Yahoo Finance

Du côté des profits, alors qu’ils ont eu une année record en 2022 avec 14,18$ par action, ils ont baissé de façon importante en 2023 étant donné l’offre excédentaire. Si on calcule les profits moyens des 10 dernières années de l’entreprise, on arrive à 4,15$ par action. La compagnie prévoit des profits au-dessus de 5$ par action pour 2024. Cela place la compagnie à environ 12 fois ses profits. Mais ce ratio veut dire peu de chose si la demande pour cette matière s’emballe de nouveau.

Comme le prix des engrais ont continué de baisser au cours de l’automne, cela pourrait peut-être révéler une surprise négative au niveau des bénéfices de Nutrien lorsque les résultats vont sortir le 21 février. Lorsque les mauvais résultats du trimestre sont sortis le 30 septembre dernier, le titre a corrigé aussitôt. Il serait donc avantageux d’attendre la sortie des résultats pour voir comment le marché va réagir. Ce dernier pourrait réagir davantage aux derniers bénéfices qu’au potentiel de rebondissement des bénéfices la compagnie. Si c’est le cas, cela pourrait créer une porte d’entrée intéressante sur le titre.

Conclusion

En plus d’offrir un potentiel de rebond des prix vu la possibilité d’une demande haussière en 2024, Nutrien s’inscrit aussi comme actif de choix en contexte inflationniste. Nous entrons dans une ère monétaire mondial où la valeur de chaque chose va être constamment réévalué avec des dollars en baisse. Dans ce contexte, les engrais agricoles ne seront peut-être pas une courroie de transmission aussi rapide que l’or et l’argent, mais ils vont finir par l’être.

À demain pour notre 7e recommandation!

Liens pour les autres recommandations :

SÉLECTION 2024. Numéro 1 : L’argent (PSLV.TO)

SÉLECTION 2024. Numéro 2 : L’uranium (U-UN.TO)

SÉLECTION 2024. Numéro 3 : L’or (PHYS ou CEF)

SÉLECTION 2024. Numéro 4: Le platine (SPPP)

SÉLECTION 2024. Numéro 5 : Suncor (SU)

SÉLECTION 2024. Numéro 7 : ExxonMobil (XOM)

SÉLECTION 2024. Numéro 8: Agnico Eagle (AEM)


N’hésitez pas à communiquer avec nous pour découvrir notre offre en placement. Il nous fera plaisir de vous aider à saisir des opportunités sur les marchés financiers.

CONTACT


Ne manquez aucun article, inscrivez-vous à notre infolettre!

Partager / Share