Atnaé Lussier
CEF

Pour saisir l’importance du rôle de l’or dans notre portefeuille, il faut d’abord comprendre l’histoire de l’or par rapport au dollar et aux autres monnaies.

Étalon or, étalon dollar, monnaie fiduciaire… un peu d’histoire.

Alors que c’était l’argent qui avait toujours été l’étalon des différentes monnaies, les autorités américaines et européennes ont décidé à partir des années 1870 que ce serait désormais l’or. Le métal jaune a joué ce rôle de référent monétaire grosso modo jusqu’à 1971.

Mais qu’est-ce qu’un étalon or pour une monnaie? Cela signifie que chaque nouveau billet imprimé doit avoir son équivalent (ou une fraction déterminée de son équivalent) en or dans les voûtes de l’État. L’or étant disponible en quantité stable et limitée, cette façon de faire empêche l’impression excessive de monnaie. En effet, historiquement, on a de nombreux exemples de pays qui ont été tentés par une impression monétaire importante pour régler rapidement des problèmes économiques. Dans la presque totalité des cas, une dévaluation rapide de la monnaie a suivi, prenant la forme d’un cercle vicieux impossible à arrêter sinon en repartant une nouvelle monnaie appuyée sur un étalon solide.

À partir de 1971, le dollar s’est détaché de l’étalon or et est devenue une monnaie fiduciaire (sans étalon). Toutefois, on avait jusqu’à récemment la discipline de contrôler l’impression d’argent pour maintenir la stabilité de la monnaie. Si bien que le dollar américain, réputé fort et stable, est devenu lui-même au fil du temps l’étalon de référence de plusieurs monnaies fragilisées, par exemple le peso argentin dans les années 90.

Une impression monétaire suicidaire pour l’étalon dollar.

À la fin de l’année 2020, lorsque j’ai pris connaissance de l’ampleur de l’impression de nouvelles devises dans nos économies, j’ai compris que nous allions subir à moyen terme un choc monétaire sans précédent. Qu’allait-il arriver à la valeur de nos dollars dans le temps? Ma conclusion était sans équivoque : nous allions passer par une dévalorisation majeure de nos devises. Je dis bien « nos devises » car l’ensemble du système monétaire mondial est rattaché à la principale devise, c’est-à-dire le dollar américain. L’affaiblissement de l’étalon-dollar allait donc entraîner également toutes les autres monnaies. Bien sûr, un tel changement de paradigme ne se fait pas du jour au lendemain. Mais l’aura du dollar pâlit à grande vitesse et tout semble indiquer que le règne du dollar tire à sa fin.

IMPRESSION MONÉTAIRE M1 DE LA FED (en milliards de dollars)

impression monétaire M1

De l’or dans le portefeuille

Même si l’or, à mon avis, n’a pas le potentiel de l’argent, pour toutes les raisons présentées dans le texte sur la position numéro 1 (lien), il n’en reste pas moins que le précieux métal jaune sera la bougie d’allumage dans le scénario de dévaluation monétaire mondiale qui va prendre place sous peu.

D’ailleurs, l’or est le métal qui est acheté présentement massivement par les banques centrales des pays émergents. Elles sont convaincues que la transition monétaire est irréversible et imminente. Pour elles, on ne pourra faire autrement que d’appuyer la monnaie du futur à nouveau sur l’étalon or. La raison est simple: l’or est le seul compétiteur du dollar. Leur objectif est donc de s’assurer de posséder en grande quantité le collatéral sur lequel reposera la devise du futur. Le choc monétaire de transition sera ressenti partout sur la planète mais probablement moins pour les pays où les individus et les gouvernements auront accumulé de grandes quantités de métaux précieux.

ACHAT D’OR PAR LES BANQUES CENTRALES

achat d'or par les banques centrales
Source: World Gold Council. Data as of January 2023

Normalement, l’or aurait dû s’apprécier au fur et à mesure de l’impression monétaire massive dès 2020. La nature du marché des contrats rend cependant possible un certain contrôle des prix. Ces techniques sont illégales mais sont malheureusement encore utilisées pour freiner ou orienter les mouvements naturels des prix des matières. D’ailleurs, la banque JPMorgan a dû payer 920 millions de dollars en pénalité en 2020 pour avoir utilisé la technique du « spoofing » afin de faire baisser le prix de l’or et de l’argent afin de préserver la force du dollar (et de ses créances…)(source).

Il y a donc présentement un décalage énorme entre tout l’argent imprimé et la légère appréciation des dernières années. Plus on imprime de nouvelles devises, plus elles se dévaluent dans le temps par rapport à l’or. Il s’agit d’une logique mathématique : la quantité d’or sur la planète augmente d’environ 1% par année, alors que les dollars américains ont multiplié par 12 fois au cours des 16 dernières années!

Crises bancaires et incertitude = essor de l’or

Le deuxième moteur de l’or viendra certainement de la crise bancaire actuelle. Après un premier raz-de-marée au printemps dernier, les turbulences ont repris la semaine dernière. Ça a commencé avec l’écroulement de la New York Bank. Ensuite, c’est la banque japonaise Aozora qui a déclaré de lourdes pertes sur ses prêts d’immobilier commercial américain. Le déclin majeur de l’immobilier commercial, qui représente 21 trilliards de dollars aux États-Unis, est une catastrophe pour les banques. Pour vous donner une idée, le taux de location se situait au-dessus de 95% avant la pandémie. Aujourd’hui, 4 ans plus tard, il tourne toujours autour de 50%!

crise de l'immobilier commercial
Source: The Kobeissi Letter

La déclaration de la banque Aozora est arrivée comme une bombe et met une pression énorme pour que les banques américaines réajustent leurs bilans, qui devraient tenir compte de la valeur marchande des bâtisses hypothéquées. À mesure que l’étendue des dégâts va émerger dans le public, la panique risque de s’installer.

La situation est drôlement pire que celle de 2008. À l’époque, les banques avaient signé des hypothèques avec des individus n’ayant pas la capacité de payer. Puis elles avaient titrisé ces hypothèques à risque, c’est-à-dire transféré le risque aux investisseurs. Dans la situation actuelle, les banques ont contracté des hypothèques avec des bons payeurs. Cependant, la désertion des locataires commerciaux a ruiné la capacité de payer de ces propriétaires.

Du côté des hypothèques individuelles, il faut savoir qu’aux États-Unis, plus de la moitié d’entre elles adoptent un format de taux fixés pour 30 ans! Ces taux sont pour la majorité ceux d’avant les hausses récentes. Les banques reçoivent donc un intérêt nettement inférieur à celui auquel elles se financent actuellement. Pour elles, ce sont d’énormes pertes quotidiennes.

Conclusion

Cette crise de solvabilité des banques arrive à un moment où les déficits et les dettes explosent et où les gouvernements occidentaux ont de plus en plus de difficulté à renouveler leurs dettes. Tout cela va contribuer à créer un sentiment d’insécurité dans l’ensemble de la population. Inévitablement, cela fera exploser la demande pour l’or, un actif hors système financier et sans aucun risque de contrepartie.

Tout comme pour l’argent et l’uranium, Sprott offre la possibilité d’investir dans l’or en-dehors du marché des contrats. Une réserve équivalente en métal physique est garantie pour chaque dollar de la valeur du fonds. Le fonds PHYS est 100% en or, alors que le fonds CEF, particulièrement intéressant, contient 2/3 or et 1/3 argent.

À demain pour notre 4e recommandation!

Liens pour les autres recommandations :

SÉLECTION 2024. Numéro 1 : L’argent (PSLV.TO)

SÉLECTION 2024. Numéro 2 : L’uranium (U-UN.TO)

SÉLECTION 2024. Numéro 4: Le platine (SPPP)

SÉLECTION 2024. Numéro 5 : Suncor (SU)

SÉLECTION 2024. Numéro 6 : Nutrien (NTR)

SÉLECTION 2024. Numéro 7 : ExxonMobil (XOM)

SÉLECTION 2024. Numéro 8: Agnico Eagle (AEM)


N’hésitez pas à communiquer avec nous pour découvrir notre offre en placement. Il nous fera plaisir de vous aider à saisir des opportunités sur les marchés financiers.

CONTACT


Ne manquez aucun article, inscrivez-vous à notre infolettre!

Partager / Share